CPF

Bascule du DIF au CPF : êtes-vous bien au point ?

​Près de deux mois après le lancement du compte personnel de formation (CPF), c’est le moment de faire le point. Avez-vous repéré les virages nécessaires à prendre pour tirer profit de ce nouveau dispositif ? Les conseils et les décryptages de Jean-Pierre Willems, expert Demos. 

Découvrir aussi :

Certification

Virtualisation Serveur

Banque Assurance

Loi Hamon : ce n’est pas la révolution mais presque !

Responsable formation

Qualité des formations financées par les Opca : ça bouge !

​Trois points clés à mémoriser

Solde des heures DIF : une affaire qui doit être réglée.  « L’attestation des heures de DIF (Droit individuel à la formation) remise par l’employeur au salarié ne crée pas d’obligation financière pour l’entreprise. Le salarié enregistre ce nombre d’heures DIF restantes sur le site officiel : www.moncompteformation.gouv.fr. C’est un crédit d’heures qui sera financé par les Opca (Organismes paritaires de collectes agréés) et non par l’entreprise. C’est un argument imparable si certaines entreprises n’avaient pas encore rempli cette obligation ».
VAE : toutes les préparations sont éligibles. « Les actions d’accompagnement pour préparer une VAE (Validation des acquis de l’expérience) sont toutes éligibles dans le cadre du CPF. Il n’y a pas de liste qui limite les diplômes, titres ou certificats visés. Les premiers financements annoncés par les Opca et relayés par les médias portent sur des accompagnements à la VAE et ce n’est que le début d’une longue série ».
Listes : des formations courtes enfin éligibles au CPF. « Début février, les partenaires sociaux ont inscrit les certifications en langues (Bulats et Toeic) sur la liste nationale interprofessionnelle des formations éligibles au CPF. D’autres certifications courtes, dans le domaine de l’informatique et de la sécurité devraient suivre. L’arrivée de ces certifications courtes éligibles est une excellente nouvelle car le nombre d’heures disponibles ne permet pas d’envisager des formations longues menant aux titres et diplômes éligibles au CPF ».

Responsables de formation : accompagnez la transition

« Le dispositif du CPF a été pensé pour que chaque individu puisse devenir autonome sur une partie de ses projets de formation. Cependant, la mise en place du circuit d’accès au financement, via les Opca et les Opacif (Organisme paritaire collecteur agréé au titre du congé individuel de formation) est encore en train de se construire. Dans cette période de transition, les services formation peuvent donc être sollicités par les salariés pour être orientés et accompagnés. C’est l’opportunité pour le responsable formation d’échanger avec les salariés sur des projets de formation qui servent tout autant le développement des compétences individuelles que les projets collectifs de l’entreprise. S’il est encore trop tôt pour élaborer des catalogues de formation CPF, le réflexe de co-construire les parcours de formation en activant différentes sources de financement est complètement à l’ordre du jour. »

Salariés et demandeurs d’emploi : restez à l’affût

« Il est incontestable que la période de mise en route des nouveaux dispositifs peut laisser perplexes les salariés comme les demandeurs d’emploi. Entre les annonces officielles tonitruantes sur le lancement du CPF et l’accès effectif à des formations éligibles, il y a un gap réel. Il ne faut cependant pas considérer la situation actuelle comme figée. Le nombre de formations courtes éligibles va augmenter, à l’image des formations en langues. Il est essentiel de consulter régulièrement les listes de formations éligibles sur le site officiel du CPF dans les mois à venir afin de faire le meilleur usage des heures inscrites sur son CPF. »