Certification

COBIT, TOGAF, SCRUM, ITIL, PMI, PRINCE2, P3O … Quel(s) standard(s) choisir pour optimiser la gestion de son Informatique d’Entreprise? (Partie 1/3)

Le passage au « tout numérique » ainsi que l’organisation de plus en plus complexe des Entreprises modernes positionnent auj​ourd’hui le Système d’Information au centre des enjeux en termes de gain de productivité et de création de valeur. 
Dans un tel contexte, un alignement efficace de la gestion de l’informatique sur les orientations et opérations courantes du métier devient une véritable nécessité pour maintenir la compétitivité de l’Entreprise. 
Cette série d’articles vise à vous donner une vue d’ensemble des standards de gestion populaires, pouvant vous y aider.

​​​​

Découvrir aussi :

Formateur

Les difficultés qui mettent en péril la capacité du formateur à animer

RH

Harcèlement sexuel au travail : les nouvelles obligations pour l’entreprise

RH

Libérer le potentiel humain, une stratégie pour durer

Typologie des référentiels de management

Si les différents standards de management partagent plusieurs principes fondamentaux de gestion, il n’en reste pas moins important de faire les distinctions suivantes :

Bonnes Pratiques VS Normes ISO

Les référentiels de bonnes pratiques constituent des recueils de bons comportements à adopter et à adapter pour gérer efficacement un aspect donné de l’informatique (la gouvernance, la valeur et la qualité des services, les projets, les processus, le développement applicatif, l’architecture, etc.)

Les normes ISO constituent, quant à elles, des référentiels de mise en conformité, listant, un ensemble d’exigences à satisfaire pour prétendre à la certification des systèmes de management d’une organisation, dans un domaine de gestion donnée (les services, la sécurité de l’information, la gouvernance, etc.

Modèle étagé VS continu

Les référentiels de bonnes pratiques s’appuient généralement sur 2 types de modèles :

Les modèles dits «étagés» (en escalier), structurés par niveaux de maturité
Par exemple : CMMI, eSCM-CL
Bien qu’ils ne constituent pas des normes, les référentiels s’appuyant sur un modèle étagé, peuvent faire l’objet d’une reconnaissance (certification ou évaluation) par leur organisme propriétaire.

Les modèles dits «continus» ou «cycliques», structurés par domaines d’aptitudes ou par phases :
Il est à noter que CMMI propose les 2 approches !

Fin de cette partie sur les typologies des référentiels de management, la suite de cette série portera sur les référentiels de gouvernance IT, d’architecture d’entreprise et pour finir sur la gestion ​de la sécurité et des risques.