Accueil > En savoir plus > Convergence des réseaux : ce n’est que le début !

Convergence des réseaux : ce n’est que le début !

Convergence des réseaux : ce n’est que le début !

​C’est la révolution dans le monde de la téléphonie depuis que la voix peut être transportée par le réseau Internet. Téléphoner via son ordinateur ou gérer ses données grâce à son téléphone est maintenant le quotidien de nombreux professionnels. Jusqu’où ira la convergence des réseaux tant d’un point de vue technologique que sociétal ? Qui succédera au réseau commuté, à la 3G et même à la 4G ? Éclairage sur ces mutations par Gérard Lombion, expert informatique et réseaux, en charge de la practice projets de déploiement informatique du pôle Solutions sur mesure de Demos.​​​

Qu’est-ce que le réseau Internet a changé à la téléphonie ?

Une ligne classique mobilise le réseau téléphonique commuté (RTC) de façon continue et pendant un certain temps. Autrement dit, dans ce mode de commutation de circuit, le chemin (circuit, Channel) construit entre l'émetteur et le récepteur n’existe tant que la durée de la communication n’est pas interrompue ou libérée de sorte que ce réseau RTC puisse être utilisé dans le cadre d'une autre communication. Cette disponibilité implique un coût important pour le détenteur de la ligne. Coût qui varie en fonction de la durée de l’appel et de la distance entre les deux correspondants qui échangent. Aucune mutualisation n’est possible, car le circuit est construit et établi de bout en bout entre les 2 interlocuteurs, comme s’ils étaient reliés directement. Depuis quelques années, de nouvelles technologies de transport de voix ont vu le jour. Il est désormais possible de faire transiter les conversations grâce au réseau Internet (Internet Protocol : IP). Nous sommes dans le commutation de paquets qui historiquement servait au transport des données numériques sur les longues distances. Les paquets qui sont nécessaires à la numérisation et à la compression de la voix peuvent être « partagés » entre tous les utilisateurs. Connecter son téléphone sur un réseau de données, et non plus sur un réseau téléphonique commuté (RTC), permet de diminuer fortement les coûts induits. De plus dans le cas de d’utilisation d’application conversationnelle, les « silences » sont optimisés, la ligne n’est pas réservée, comme dans la commutation de circuit et La capacité d’échange de données est allouée à d’autres utilisateurs.

Après le smartphone qui a sonné le glas de l’assistant personnel (PDA)… allons-nous vers l’outil unique ?

Le smartphone permet en effet aujourd’hui de gérer de multiples tâches : agenda, contacts, navigation sur Internet, téléphonie via Skype/Whatsapp /Viber… et de multiples autres applications. Ces systèmes « over-the-top » (OTT) exploitent les possibilités du réseau pour proposer leurs services, sans gérer le développement, la mise à disposition ou l’entretien du réseau. On s’achemine aujourd’hui vers une convergence des outils de gestion et d’échange de données avec ceux capables de faire circuler la voix. Le terminal utilisé peut être tout autant un smartphone, une tablette qu’un ordinateur.

Qu’est-ce qui motive la convergence des réseaux et des outils ?

Unifier les infrastructures permet de réaliser des économies. La téléphonie IP peut permettre aux entreprises de se dispenser des services des opérateurs téléphoniques pour les télécommunications internes. En termes d’administration et d’exploitation des installations, la convergence nécessite la double compétence des professionnels chargés du développement comme de l’entretien des réseaux. Une équipe d’ingénieurs maîtrisant les deux technologies garantit une optimisation du coût des installations. Désormais, les usages recherchés prennent le pas sur la décision de conserver des infrastructures.

Comment interconnecter les lignes téléphoniques internes et externes de l’entreprise grâce au réseau IP ?

L’autocommutateur téléphonique privé (ou « Private Automatic Branch eXchange » : PABX ou PBX) est la pièce maîtresse du dispositif. Il permet de relayer les appels entrants et sortants avec chaque terminal téléphonique de l’entreprise, qu’il soit commuté ou via IP. Les nouveaux PABX sont aujourd’hui directement associés au réseau IP. La génération précédente de commutateur peut offrir ces fonctionnalités en intégrant une carte spécifique. Certains PABX, trop anciens, ne peuvent par contre pas évoluer technologiquement et sont amenés à être remplacés.

Quels sont les freins à une convergence totale des réseaux ?

Les infrastructures actuelles ne permettent pas de garantir une sécurité absolue des données échangées par le réseau IP. La voix numérisée cohabite avec une quantité gigantesque de données informatiques qui circulent via les mêmes canaux. La qualité du service peut s’en trouver altéré. La fiabilité n’est pas encore la même que pour les réseaux téléphoniques commutés. Le second frein est d’ordre managérial. Les nouveaux applicatifs, développés pour la transmission de la voix par IP ne sont pas naturellement et automatiquement intégrés par les utilisateurs. Cela nécessite une réelle conduite du changement. De nouveaux usages se font jour : connaître la disponibilité de son interlocuteur, double communication en cas d’urgence… L’adoption ne se fait pas du jour au lendemain. Les avantages que présentent ces usages sont à mettre en exergue pour éviter les réactions de rejet.

Quelle est la prochaine étape après la 4G ?

Le câblage « Registered Jack 45 » (RJ45) par exemple, d’ores et déjà utilisé pour l’Ethernet, est en passe d’être sollicité comme connecteur de téléphones de bureau. Cela permet de brancher le téléphone sur l’ordinateur, lui-même connecté au réseau IP. Par ailleurs, les technologies 3G, 4G (qui utilise l’IP et non plus le réseau téléphonique commuté [RTC]) se démocratisent avec le renouvellement progressif des appareils mobiles. Le Web Real-Time Communication [WebRTC soit littéralement « communication en temps réel pour le Web »] va peu à peu s’imposer. Cette technologie associe les outils dédiés à la voix sur IP à des applications de partage de fichiers. Elle a la particularité de pouvoir fonctionner indépendamment des modules d’extensions propriétaires.

Allons-nous assister à la mort de la téléphonie classique ?

Pas encore, même si l’étau se resserre. L’offre « triple play » (internet/téléphonie fixe/télévision) est déjà challengée par des packs « quadruple play » qui intègrent la téléphonie mobile. La convergence des réseaux des lignes de téléphone fixe et mobile se dessine en filigrane en y intégrant l’échange de données. Dans certains pays, la téléphonie classique est déjà hors-jeu du fait du coût de l’installation et de l’entretien de tels réseaux. Alors que le mobile y est en forte progression.

Quels sont les impacts des technologies sur la gestion des compétences au sein des équipes IT ?

On peut d’ores et déjà dire que les métiers de la téléphonie pure, sans intégration des technologies de transmission de la voix par IP, ont vécu. La gestion de projet, déjà fort implantée dans le secteur informatique, va également prendre le pas sur des déploiements basés sur des lettres de cadrage.

Le management agile qui valorise les retours d’expérience permanents donne de la souplesse au cadre de travail.

Pour en savoir plus, consultez nos programmes de formations Infrastructures et réseaux.

Suivez aussi Philippe​, notre expert informatique, sur les réseaux sociaux.