Digital

Le digital transforme tous les métiers

Le gain de compétitivité, voire la survie de certaines entreprises, est étroitement lié à leur capacité de se transformer et de former leurs équipes au numérique. DSI, équipes commerciales, fonctions supports ou management, tous les professionnels sont concernés. Demos a mené l’enquête. Les résultats.​​​​​​​​

 

​​

Découvrir aussi :

Gestion - Finance

Loi de finances 2013 : sur quels fondements l’appréhender ?

RH

RSE : comment concilier business et responsabilité ?

Zoom sur...

Prélèvement à la source de l’impôt sur le revenu et traitement de données personnelles

​​

Mobilité​​

 

88 % des entreprises mettent à disposition de leurs salariés des équipements mobiles (tablette, smartphone ou notebook.) Les populations concernées sont majoritairement les cadres, les équipes commerciales et les équipes administratives. Parmi les 10 % d’entreprises qui n’ont pas équipé leur personnel d’outils digitaux, 55,6 % y voient peu d’intérêt et 55,6 % estiment que la mise en œuvre est trop complexe ou trop coûteuse.

​​

 

Télétravail

 

On observe une progression du télétravail, du nomadisme et bonne acculturation managériale. Cette tendance est cohérente avec l’implantation des outils digitaux.

​​​

 

Sécurité

 

La messagerie occupe une place incontestable (93 %) dans les applications mobiles mises à disposition, aux côtés des applications métiers. Ce large accès à ces applications suppose la mise en place d’un niveau de sécurité sans faille, tant au niveau des accès des données que de leur traitement. Plus de 80 % des sondés ont mis en place une stratégie de sécurité, garantissant la disponibilité et l’intégrité des données à quatre niveaux (Infrastructure, données, applications et utilisateurs).

​​

 

Externalisation

 

À ce jour, la prudence est de rigueur lorsqu’il s’agit d’externaliser l’infrastructure. 60 % des entreprises s’y refusent. 55 % optent pour le cloud privé ou hybride. Le choix varie selon le secteur d’activité (banque, industrie…), la criticité des données et la sécurité inhérente. Cela explique également une forte internalisation de l’informatique (76 %). Les entreprises restent malgré tout prudentes quant à l’externalisation de leur système d’information. Les points récurrents qui expliquent la démarche d’internalisation sont : la confidentialité des données, la compétence interne disponible/besoin de réactivité, la sécurité/garder le contrôle ou encore la stratégie de l’entreprise.

​​

 

Objets connectés

 

Ils occupent à ce jour peu de place dans l’utilisation et le déploiement d’outils digitaux dans l’entreprise. Les 28 % d’entreprises adeptes les utilisent essentiellement pour des fonctionnalités liées aux transports (gestion de flotte, GPS).

​​

 

Préférences

 

Les entreprises choisissent en premier IP/VoIP pour leur infrastructure (75,8 %), Windows ou Linux pour leur serveur (87 %) et Ios ou Android pour le mobile (87 %).

​​

 

Postes de Travail

 

70 % des postes clients sont équipés des systèmes d’exploitation Windows ou Linux, alors que Mac Os et Android ne sont utilisés : qu’à hauteur 11 % chacun.

​​

 

Services applicatifs

 

45 % des entreprises utilisent des services applicatifs avec comme dominante le Saas (66 %). Le mode ASP n’est utilisé que par 16 % des entreprises interrogées. Les services concernés par ordre d’utilisation sont : les équipes techniques, les équipes administratives et les équipes commerciales.

​​

 

Méthodes agiles

 

Près de 50 % des entreprises utilisent les méthodes agiles avec en premier lieu : Scrum (80 %), Agile PM (24 %), Rad (Rapide App​lication dévelopment) (23 %). Plus de la moitié des entreprises n’a pas mis en œuvre un projet agile. Les méthodes agiles permettent de bien clarifier les rôles des parties prenantes (commerciales et techniques) dans les différents projets.

 

 

Formation

 

 

La majorité des entreprises (66,3 %) envisage une montée en compétence par le suivi de formations dans les mois à venir, dans le domaine du management et de l’IT/digital.

 

 

 

Les métiers SI sont au cœur de la transformation numérique. La DSI doit en perm​anence s’adapter, au regard de ces évolutions. On ne parle plus de processus de changement, mais de révolution.

Autre constat sans appel : le Big data, le cloud, le SaaS, l’externalisation (Iaas, Paas) font désormais partie des actions ou tâches sous la pleine responsabilité des DSI. Avec la généralisation du cloud et de l’externalisation, on ne peut plus planifier et gérer un projet de la même façon qu’avant.

Il faut donc saisir l’occasion de faire évoluer les métiers et les compétences. Acquérir une compétence élargie permet d’avoir la vision transversale incluant tous les services inhérents : sécurité, mobilité, usage. On passe de métiers technologiques (réseau, système, logiciel) vers des métiers d’architectes et d’analystes.

​​​​​​​​​​​​​