RH

Feel good management : le bien-être au travail est un vrai job !

​Si le bien-être au travail n’est pas une question neuve, la réponse qu’y apporte la fonction de feel good manager l’est au moins en partie. Face à l’inflation de cas de burn-out dans leurs effectifs, de plus en plus d’entreprises se dotent de professionnels du bien-être au travail, dédiés à la seule mission de générer et développer celui-ci. Une démarche désintéressée ? Sans doute pas si l’on considère l’importance d’enjeux comme la lutte contre l’absentéisme, voire la nécessité de redorer une réputation employeur.

Découvrir aussi :

Management de projet

Buts commerciaux, stratégie et objectifs

Commercial

Redécouvrir la phase « conclure », par Jean-Michel Brouard

Management d'équipe

Formation management d’équipe : Des pistes pour manager le stress

​Feel-good manager, d’où viens-tu ?

Très en vogue aujourd’hui en Allemagne, où la croissance permet aux salariés d’être plus exigeants sur leur qualité de vie professionnelle que dans d’autres pays européens, le concept de feel good management est inspiré des méthodes développées par les start up américaines, telles Google. À l’époque, il s’agit surtout de favoriser une atmosphère collégiale et conviviale : consoles de jeux, salles de billard, nourriture gratuite…
Préserver l’esprit de leurs débuts semble alors essentiel aux start up en croissance pour maintenir la curiosité, la complicité, l’envie de se dépasser chez leurs employés. Ces derniers devant bien se connaître et s’apprécier, le feel good management prend véritablement son essor. Petits déjeuners communs, sorties, cours de cuisine ou expériences sportives décalées, toute idée d’événement est bonne pour susciter l’entente et les bons moments entre collègues.
Déléguée par les dirigeants à un assistant, puis au Directeur des Ressources Humaines ou au responsable de la communication, cette fonction d’organisation est parfois confiée à des profils plus ciblés et recrutés spécialement : diplômés en psychologie ou en sociologie du sport, personnes formées aux métiers de l’événementiel…

Feel good manager, que fais-tu ?

Qu’on ne s’y trompe pas, le feel good manager n’est pas qu’un organisateur de fêtes. Développer une meilleure communication entre tous les collaborateurs fait partie de ses missions prioritaires mais il intervient aussi de plus en plus sur l’organisation de l’entreprise.
Chargé de soulager les salariés de tout souci logistique pouvant interférer sur leur travail, il imagine des services qui renverront une image positive de l’entreprise tout en optimisant la productivité. Un service de babysitting d’urgence permet aux jeunes parents de continuer à travailler plus tard le soir si le besoin s’en fait sentir, sans avoir à se soucier de leur progéniture. Dans les grandes entreprises et groupes, le feel good manager peut obtenir l’ouverture d’une crèche. En parallèle, à l’écoute des salariés,  il a une approche émotionnelle des personnes et des dossiers de l’entreprise. Ce qui suppose des compétences comportementales et techniques pointues.

Feel good manager, qui es-tu ?

Sa proximité, son aptitude à comprendre les attentes et ressentis, à éprouver de l’empathie, sont les maîtres atouts d’un feel good manager pour optimiser la perception qu’ont les collaborateurs de l’entreprise. Le recrutement d’un feel good manager se fait prioritairement en interne en programmant quand c’est nécessaire un développement de compétences via des formations ciblées sur la communication interpersonnelle, la prévention des risques psycho-sociaux ou encore l’écoute active.
La profession exige des compétences bien affirmées en management et en communication interne et des talents de psychologue. Ce qui permet aux profils seniors internes de se positionner sur ces missions, éventuellement à temps partiel pour commencer. Certaines entreprises sollicitent l’avis de l’ensemble des employés, afin de savoir qui ils choisiraient spontanément pour occuper cette fonction pas tout à fait comme les autres.
Le métier de feel good management a aujourd’hui le vent en poupe car il contribue à la bonne intégration des nouveaux arrivants dans l’entreprise, critère clé de la réussite d’un recrutement. C’est un moyen performant de valoriser la marque employeur, sur les réseaux sociaux notamment, pour attirer et de fidéliser les meilleurs profils.