Formateur

Formateur : Qu’est-ce que la pédagogie du détour ?

La pédagogie du détour est une terminologie qui vient des sciences de l’éducation et qui désigne des activités pédagogiques qui permettent d’atteindre l’objectif en contournant les obstacles cognitifs et en travaillant sur les représentations des participants. Elle est également appelée pédagogie du contournement. Dans un apprentissage, le formateur part d’un point A pour aller vers un point B mais la pédagogie traditionnelle ne fonctionne pas et il doit mettre en place une pédagogie du détour pour aller de A à B. Nous allons voir quels types de détour le formateur peut mettre en place pour amener ses stagiaires là où il le souhaite et quelles catégories de détour il peut employer.

Découvrir aussi :

Responsable formation

Responsable Formation : Le système de certification professionnelle et ses évolutions

Formateur

Qu’est-ce que le coaching ? (Partie 2/3)

Zoom sur...

L’imposition des loyers de locations meublées

Quatre types de détour pour le formateur

On distingue quatre types de détour  qui peuvent être utilisés par le formateur:

La rencontre : le stagiaire est invité à aller vers l’autre pour comprendre la réalité avec d’autres yeux.
Exemple : en découvrant  le principe du « vie ma vie », c’est une nouvelle approche de la réalité qui s’ouvre

Le décalage : le participant s’échappe de la réalité concrète pour l’envisager par analogie.
Exemple : en créant un univers différent par un jeu de simulation

La confrontation : le stagiaire va être amené à rencontrer l’autre dans une situation tout à fait différente de son quotidien pour découvrir de nouveaux horizons, de nouvelles réalités.
Exemple : le formateur propose au stagiaire une expérience qui le projette dans une situation différente de son quotidien les yeux bandés pour ressentir le monde des non-voyants.

Le recul : le formateur propose au stagiaire de prendre du recul et de voir la réalité de loin
Exemple : en partant d’une problématique concrète vécue dans l’entreprise, la stagiaire va rédiger un scénario de sketchs.

Quatre catégories employées par le formateur

Le jeu et le parcours ludique

Le jeu va s’orienter vers un apprentissage alors que le parcours ludique, lui, va s’attarder au comportemental. Dans les deux cas, on se trouve dans un scénario (ex : résolution de crime, une investigation,…) ou dans un monde imaginaire. Cela peut aussi être un parcours physique. En effet, le formateur peut organiser une chasse au trésor dans Paris avec des étapes et à chacune d’elle, introduire l’acquisition d’un savoir, d’un savoir-faire.

Le théâtre, le jeu de rôle et l’improvisation

Pour le théâtre, on commence généralement avec une première scène jouée par des comédiens professionnels et la suite de la pièce est improvisée par les participants. En ce qui concerne le jeu de rôle, c’est la rencontre ou la décalage qui sont valorisés. On se positionne alors dans le théâtre action pour le plaisir de jouer sur une problématique d’entreprise ou un problème comportemental. Ce qui est intéressant c’est de pouvoir jouer son propre rôle.

Dans le cadre d’une formation pour des négociateurs ou des acheteurs, un comédien jouera le rôle de l’acheteur et le stagiaire jouera son propre rôle.

En gestion du conflit, le formateur peut placer parmi les participants un comédien qui au cours de la formation déclenchera un conflit. Les stagiaires  vivront en direct comment désamorcer le conflit.

En ce qui concerne l’improvisation, elle est utile en développement personnel mais c’est une technique qui sera très pertinente aussi pour le travail d’équipe, les achats, la vente ou sur un problème d’organisation.

Il existe aussi une nouvelle tendance en formation : les clowns. Ne cherchez pas un clown de cirque ! Il s’agit de personnes qui se fondent dans le groupe. Le formateur  les présente généralement  comme des consultants ou des médiateurs. Ils observent les modes de relation interpersonnelle puis analysent les situations et restituent le tout sous forme “clownesque”. Ce système permet de dédramatiser les situations grâce à la liberté d’expression du clown. En revanche, il demande de prendre beaucoup de précautions et ne doit pas blesser les participants.

La pédagogie expérientielle et les pédagogies métaphoriques utilisant un media non conventionnel

Ces deux systèmes sont quasi similaires dans la mesure où dans les deux cas, le formateur part d’une expérience ou d’un vécu pour aller vers une réflexion.

Dans la pédagogie expérientielle, on travaille beaucoup à partir d’activités dans la nature. On va vivre une expérience, puis la transformer et l’analyser (par exemple une régate en bateau). Le stagiaire est directement impliqué.

Pour ce qui de la pédagogie métaphorique utilisant un media non conventionnel, on va utiliser de la musique, la peinture, le clown….seront des ressources mobilisées en fonction du but à atteindre.

Par exemple, l’escrime sera utilisée pour une formation au leadership ou à la stratégie pour des dirigeants ou emmener des personnes écouter un orchestre philarmonique pour apprendre à pratiquer l’écoute active.

Aujourd’hui, nous avons aborder l’utilisation du jeu par le formateur comme méthode pédagogique. Dans un prochain article, nous aborderons l’avis d’un formateur sur le jeu en formation. Cette approche ludique si séduisante est-elle réellement pertinente en formation?