Informatique

La rédaction de cahiers des charges fonctionnels, une compétence rare

L’AFNOR a publié la norme X50-151 pour la rédaction des cahiers des charges fonctionnels. La déclinaison de cette norme générique au monde de l’informatique soulève de nombreuses questions.​​

Découvrir aussi :

Responsable formation

Responsable Formation : la GPEC ou quelles compétences pour demain ?

Management d'équipe

Réussir son management des projets

Certification

Formation management de projet : Un e-learning pour la certification

A qui d’adresse un cahier des charges fonctionnel ?

Le cahier des charges fonctionnel est rédigé pour le pôle décisionnel, le comité de pilotage qui se prononcera sur des propositions de solutions. Il est également destiné aux équipes de développeurs informatiques, qu’elles soient interne ou externe (SSII) qui sont en charge de mettre en place les solutions retenues.

De quoi sont composés ces cahiers des charges ?

Pour les pôles décisionnels : c’est un document de synthèse d’une dizaine de pages, résumant les solutions possibles et leurs impacts, ce document est une aide à la décision, il détaille les impacts organisationnels, techniques et économiques des solutions proposées.

Pour les équipes techniques : c’est un document décrivant les solutions actuelles sur le plan conceptuel et organisationnel (reverse-engeniering) ; ce document décrivant les solutions proposées sur le plan conceptuel et organisationnel (engeniering ou re- engeniering).

Qui rédige ces cahiers des charges ?

La production de ce cahier des charges est sous la responsabilité du maître d’ouvrage (MOA) qui peut :
– soit déléguer hiérarchiquement à un assistant à la maitrise d’ouvrage (AMOA) de son service ;
– soit sous-traiter en interne à un service étude ayant cette fonction dans l’organigramme ;
– soit sous-traiter en externe à un cabinet de conseil spécialisé en informatique.

Quelles sont les démarches associées aux cahiers des charges ?

Selon le caractère plus ou moins novateur du projet, la démarche – c’est-à-dire l’itinéraire de raisonnement – peut être :
– linéaire avec une succession de phases ponctuées par des validations ;
– itérative avec la production périodique de prototypes incrémentaux.

Quel est l’ensemble de compétences nécessaires pour travailler sur des cahiers des charges ?

Ce travail implique des compétences multiples :
– en communication (techniques d’interview, d’exposé oral et de rédaction) ;
– en modélisation (maitrise des modèles UML destinés aux phases d’analyse–conception (analysis)) ;
– sur les méthodes « rationnelles » (analyse situationnelle, résolution de problème, management du changement, aides à la décision).

Comment les valider, ces cahiers des charges ?

Les trois principales techniques de validation sont :
la rédaction d’un glossaire (chaque terme doit être défini et la définition doit être acceptée) ;
la constitution d’un groupe de validation hétérogène (pour limiter les risques d’omission) ;
la production, en plus des modèles UML, d’une maquette pour avoir une projection des solutions spécifiées.

En résumé, le cahier des charges fonctionnel est le trait d’union entre les pôles MOA et MOE. C’est un référentiel incontournable. La rédaction de ces cahiers des charges fonctionnels ne peut pas être confiée, sans précautions, à une ressource disponible à ce moment-là, parachuté sur cette mission. C’est un métier à part entière qui ne s’apprend pas en quelques heures mais nécessite une semaine intensive de formation informatique. DEMOS vous initie à cet exercice, difficile mais incontournable, au travers d’une formation informatique référencé sous Cahier des charges informatique et expression des besoins. Et n’oubliez pas de suivre également Philippe de Demos, notre expert en formation informatique sur les réseaux sociaux.