Marketing

L’e-marketing : le levier de croissance de l’e-commerce (2ème partie)

Notre experte en formation marketing vous a présenté tous les avantages de la combinaison marketing traditionnel et e-marketing. Voici comment faire du e-marketing un levier de croissance de votre e-commerce.

Découvrir aussi :

Marketing

L’e-marketing : le levier de croissance de l’e-commerce (1ère partie)

Santé au travail

Risques psychosociaux : Whirlpool choisit le workshop

Formateur

Histoire de la formation et du formateur : Quelques repères

​Comment envoyer l’information vers l’internaute : la stratégie push (pousser) ?

Le push est un message électronique sortant. Il est matérialisé en e-marketing par un e-mail qui peut se présenter soit sous la forme d’un texte simple, soit sous la forme d’une newsletter (littéralement « lettre d’information » en français) que l’on reçoit dans sa messagerie électronique. Le but est de promouvoir un produit ou un service. Il se présente sous la forme d’un message, contenant des textes et des images, construit en langage HTML.
Le SMS est aussi un message électronique sortant, qui peut être envoyé, à sa demande, sur le portable de l’internaute, afin de le tenir informé, par exemple, de la dernière promotion d’un e-commerçant, ou de la livraison imminente de l’article qu’il a commandé.
L’envoi d’e-mails ou de SMS est le moyen utilisé pour rester en contact avec un internaute. Les coûts engendrés par la création et l’envoi d’e-mails ou de SMS sont très nettement inférieurs à celui des courriers utilisant des supports imprimés.
L’e-mail (ou le SMS) sont utilisés :
• pour contacter des clients existants dans une base de données d’adresses e-mail (ou de numéros de téléphone portables) ;
• pour recruter de nouveaux clients (prospects : adresses e-mails ou numéros de téléphone portables récoltés sur le site grâce à un formulaire d’inscription, ou louées par l’intermédiaire de fournisseurs de bases de données), dans le but de les « transformer » en clients actifs.

Comment attirer le client vers son site web : la stratégie pull (tirer)

Le pull est l’information que l’internaute va chercher pour aller sur un site correspondant le plus précisément à son besoin immédiat contrairement au push qui induit que l’entreprise va vers le prospect. Ici, c’est le prospect qui vient de lui-même vers l’entreprise.
Exemple de la bannière publicitaire
Le pull peut être par exemple une bannière publicitaire déposée sur un site partenaire. Outil complémentaire largement utilisé pour promouvoir un site Web, le lien publicitaire se présente sous la forme d’un texte ou d’une image cliquable.
Cet élément de communication, qui a pour but de promouvoir les produits ou les services proposés par un site web, est généralement intégré sur des sites Web partenaires, des sites « affiliés » ou des moteurs de recherche (comme Google, par exemple). Un clic sur l’image ou le lien permet alors l’accès au site concerné.
L’intérêt de cette stratégie est de toucher des prospects dont on ne possède pas l’adresse e-mail en jouant sur l’affinité.
Par exemple, un site de vente en ligne d’articles pour les voyages aura tout intérêt à créer un partenariat avec une agence de voyages en ligne afin d’y déposer des bannières de publicité présentant ses produits.
Exemple des moteurs de recherche
Dans le monde « réel », pour trouver un produit ou un service, les clients potentiels peuvent utiliser les annuaires téléphoniques. Sur Internet, cet annuaire s’appelle un « moteur de recherche » (Google, par exemple).
Le fait de mettre en ligne un site Web ne suffit pas pour faire du commerce ou proposer ses services. Il existe des techniques qui permettent de générer du « trafic », c’est-à-dire des visites, sur un site web. Une des techniques les plus utilisées (et des plus efficaces) consiste à « référencer » son site web sur les moteurs de recherche (principalement Google, Yahoo).
Cette démarche peut être comparée à celle du chaland se promenant dans la rue, et qui est attiré par la vitrine d’un magasin. Dans le monde Internet, le chaland s’appelle un internaute, la rue est matérialisée par le Web (la Toile), la vitrine du magasin est le lien cliquable proposé par le moteur de recherche (par exemple Google) sur lequel on navigue, le magasin est le site Web.
À partir d’une requête effectuée par l’internaute, le moteur de recherche proposera les sites répondant à sa demande.
Cette technique de pull, largement utilisée, permet à l’internaute d’accéder facilement à une liste de sites constituée de produits provenant de plusieurs marchands en ligne.
Le référencement naturel
Il s’agit, pour le responsable e-commerce souhaitant faire connaître son site, d’intégrer dans ses pages des textes ou titres de page suffisamment explicites afin que les moteurs de recherche détectent ces « balises », les plus cohérentes possibles avec la recherche effectuée par l’internaute.
Les pages correspondantes du site Web s’afficheront alors dans le moteur de recherche.
Si l‘internaute cherche un pantalon par exemple, il lui suffira de chercher « pantalon » dans le moteur de recherche pour accéder à tous les pantalons proposés par l’ensemble des sites marchands référencés dans le moteur de recherche.
Afin d’être couronnée de succès, cette stratégie est généralement confiée à des experts dans le domaine. Inutile de se lancer tout seul sur ce terrain qui requiert une excellente connaissance des techniques utilisées et des subtilités du référencement naturel.
Le référencement payant
Il s’agit d’acheter des mots-clés (généralement aux enchères, auprès des principaux moteurs de recherche : Google, Yahoo, par exemple), représentatifs de l’activité de l’entreprise. Par exemple : un organisme de formation pourra acheter les mots « formation », « formation continue », « DIF », afin de renforcer sa position (son « classement ») dans les moteurs de recherche. L’objectif étant d’être sur la première page de résultats.
Comme son nom l’indique, ce type de référencement n’est pas gratuit. Plus le mot-clé est « populaire », c’est-à-dire recherché le plus fréquemment, plus l’enchère est élevée. Il importe donc de bien réfléchir sur le choix des « mots-clés » à acheter.
Un mot-clé peut être facturé de quelques centimes à plusieurs euros, en fonction de sa popularité.
Cela requiert une bonne vision stratégique et une connaissance approfondie du marché concurrentiel. Il est alors conseillé de faire appel à une agence spécialisée, qui, en fonction des souhaits et de la stratégie commerciale de l’e-commerçant, définira une préconisation d’achat de mots-clés reposant sur sa pertinence.