Responsable formation

Le responsable formation, vecteur de croissance et de compétitivité de l’entreprise

La révolution numérique est en marche, y compris dans la formation. Avec les facteurs cumulés de la crise économique, de la réforme de la formation professionnelle et du boom des solutions e-learning, les missions et les compétences requises pour être un bon responsable formation sont elles aussi en pleine évolution. Quelle place aura-t-il demain au sein de l’entreprise, et comment prendre le train de ces évolutions en marche ?

Découvrir aussi :

RH

Télétravail : les 7 incontournables pour préparer les collaborateurs… et les managers

Certification

Qu’est-ce que la certification ?

Responsable formation

Responsables formation : la réforme va transformer la fonction… positivement !

Être au fait des évolutions légales

Le responsable formation doit tout d’abord avoir une parfaite connaissance du dispositif législatif en vigueur pour pouvoir mener à bien ses missions :

• développer les compétences des collaborateurs ;
• répondre aux attentes des managers ;
• remplir les objectifs fixés par la DRH ;
• être en ligne avec la stratégie de la direction.

Cette bonne connaissance du cadre légal, qui reste inchangé en 2014, doit également s’accompagner d’une veille sur les applications et décrets prévus dans la loi relative à la formation professionnelle, à l’emploi et à la démocratie sociale venant d’être votée par le Parlement. Ces derniers, en effet, entreront pleinement en vigueur au 1er janvier 2015, et les changements qu’ils apporteront sur la gestion du développement des compétences par les responsables formation sont nombreux.

Fort de cette double expertise sur le présent et l’avenir de sa fonction, le responsable formation sélectionnera et proposera, en toute connaissance de cause, les formations les plus juste possibles, et les plus adaptées aux enjeux de l’entreprise. Il pourra plus facilement justifier ces choix de formation à ses principaux interlocuteurs : DRH mais aussi managers, responsables juridiques, DAF… et même les instances représentatives du personnel. Cette expertise lui donnera en effet toute la légitimité pour expliquer à chacun les enjeux des législations actuelles et futures, dans leurs domaines d’actions respectifs.

 

Assimiler les innovations pédagogiques

D’autre part, pour être pleinement à la page, il est également important que le responsable formation maîtrise parfaitement les dernières évolutions pédagogiques, notamment en matière d’e-learning, l’arrivée des MOOC et autres SPOC. Il doit savoir manier les principaux outils de ces nouveaux modes de formation sur smartphones et tablettes par exemple. Il peut pour cela demander conseil à la direction des systèmes d’information sur les pratiques les plus judicieuses à mettre en place, mais aussi assister aux salons, conférences ou événements présentant ces dernières innovations.

Et dans le but de véritablement accompagner la génération Y, avec laquelle il sera en contact de façon grandissante dans les années à venir, le responsable formation peut dès à présent sortir du bois et investir la toile. Afin d’être également à la pointe du « social learning », il a tout à gagner à être présent sur des plates-formes de partage des connaissances et les réseaux sociaux comme Facebook ou Twitter. Leur présence sur le web est également importante pour communiquer avec ses pairs au sein de communautés de pratiques, afin que chacun profite des retours d’expérience des uns et des autres.

Finalement, quelque que soient les chocs exogènes (juridique, technologiques) et endogènes (stratégie, mobilités des  RH) à l’organisation, le responsable formation est celui qui adapte l’organisation, la fait évoluer au bon rythme. C’est un facilitateur du changement, un accélérateur de transformation, un « ambianceur d’innovations ».

Loin d’être une victime des différentes évolutions de son métier, le responsable formation doit devenir celui par qui l’innovation arrive dans l’entreprise. C’est à lui en effet que revient le rôle de guide vers ces nouvelles contrées dessinées par ces mutations techniques, mais aussi juridiques et économiques. Surtout en cette période de crise, il reste plus que jamais le développeur des compétences durables de l’entreprise, ce qui en fait l’efficace vecteur de croissance et de compétitivité.