RH

Les tendances du micro-learning

Le temps passé sur nos téléphones portables pour accéder à internet augmente. La façon d’apprendre a changé. Les gens regardent leur téléphone jusqu’à 9 fois par heure et la plupart ne passent pas plus de 4 minutes par vidéo. Si les informations ne sont pas appliquées, 75% sont oubliées après 6 jours.1% soit 24 minutes du temps hebdomadaire d’un salarié moyen est consacré à la formation. Les gens ont peu de temps, beaucoup de distractions et une capacité de mémorisation qui est plus réduite que par le passé. C’est dans ce cadre qu’est arrivé le micro-learning qui est aujourd’hui la façon la plus efficace pour l’adulte d’apprendre.

Découvrir aussi :

Management de projet

Le PMI Guide®, la méthodologie de projet standard…ou personnalisable

RH

Le parcours d’intégration vs le parcours de compétences

Banque Assurance

Contrôle permanent de 2nd niveau : une notion-filière en construction…

Qu’est-ce que le micro-learning ?

Le micro-learning est constitué de contenus courts et efficaces qui s’intègrent dans notre quotidien. Ce sont des sessions brèves de moins de 10 minutes et fréquentes.  Ainsi l’apprentissage de 3 à 7 minutes est plus adapté à la capacité de mémoire de travail et à la capacité d’attention humaine.

Le micro-learning c’est :

• des contenus ciblés : le micro-learning conduit à une augmentation de plus de 50% de l’engagement et de plus de 20% de la rétention d’informations.
• un découpage du contenu en grains pédagogiques ou en petites portions de connaissance :il faut que chacun de ces grains puisse être complet en lui-même et se combiner avec d’autres dans un ordre qui n’est pas toujours le même.
• des relances régulières avec des nouveaux contenus.
• des contenus rythmés : en moyenne, les utilisateurs de smartphone ont effectué leurs cours 45% plus vite que ceux sur leur ordinateur et 58% des employés préfèrent apprendre à leur rythme.
Combiné à l’intelligence artificielle, c’est un levier extraordinaire pour faire progresser.

Comment utilise-t-on le micro-learning ?

Il existe trois cas de figures :

1. On peut utiliser le micro-learning comme des unités de connaissance qui vont venir en complément d’un dispositif d’activités. Ce dispositif est en général un temps fort de formation, un moment collectif. On propose donc du micro-learning en amont et en aval de ce moment pour faciliter l’ancrage mémoriel.

2. On peut également construire intégralement des parcours de formation manuellement ou à l’aide de l’intelligence artificielle. On va ainsi donner la possibilité de se former en toute autonomie et le parcours de formation va se faire au travers de tous ces micro-learning successifs.

Avec ces deux solutions, on vise à monter en compétences, à changer un comportement, à améliorer des pratiques ou à découvrir de nouvelles pratiques.
3. Le dernier cas de figure est celui où on utilise le micro-learning pour résoudre en temps réel des problèmes ou des questions qui se posent. On met alors à disposition de façon la plus accessible possible sur le lieu de travail les informations utiles dont on a besoin et qu’on va devoir utiliser au moment où on en a besoin. On est dans une logique d’amélioration continue.

Au fond, au lieu d’amener les gens au partage de pratique ou de connaissances, on va amener le savoir sur le lieu et au moment où on en a besoin. Juste au bon moment !

Pour en savoir plus, découvrez Voxy notre offre de micro-learning en anglais.