RH

Cerveau et mémoire : testez vos connaissances !

Vous croyez tout savoir sur le cerveau ? En êtes-vous bien sûr ? Testez vos connaissances pour distinguer les connaissances issues des neuro-mythes qui circulent allègrement sur le cerveau. Et enrichissez-vous des réponses commentées par Nadia Medjad, Docteur en médecine et coach, qui a présenté ces questions-réponses lors d’un Learning Circle organisé par Demos (Partie 4).

Découvrir aussi :

RH

Recruter via les réseaux sociaux : bonne idée ou perte de temps ?

Management d'équipe

Comment manager une équipe pluriculturelle ?

Réforme de la formation professionnelle

Loi Macron : Quels impacts pour la formation ?

​Saurez-vous distinguer parmi ces affirmations sur le cerveau les vérités des neuro-mythes ?

1 – On est plus performant en entreprise à 30 ans qu’à 50 ans.
2— On utilise en temps normal seulement 10 % des capacités de notre cerveau.
3 – Les créatifs ont un cerveau droit dominant.
4— Le cerveau des femmes est plus performant pour le multitasking que celui des hommes.
5— Les personnes qui ont une mémoire exceptionnelle sont plus performantes.
6 – Faire des mots croisés aide à retrouver ses clés.
7— Le fait de rêver que l’on rate un entretien ou une présentation impacte négativement la réalisation de l’événement.
8— Les champions d’échecs ont une meilleure mémoire visuelle que la moyenne.
Voici les réponses et le pourquoi du comment :
Toutes ces affirmations sont fausses ! Entrons dans le détail.
1— Faux. Il y a certes des différences entre un cerveau jeune (plus rapide) et un moins jeune (moins rapide). Cependant à 50 ans, le cerveau a appris à faire des raccourcis que ne sait pas encore faire celui de 30 ans qui emprunte des chemins plus longs. La performance est donc équivalente grâce à des moyens différents. Ce qui distingue un expert d’un novice dans une discipline ou dans l’exercice d’une compétence, c’est la capacité pour le premier à réaliser des enchaînements inconscients. Cette aptitude sollicite une zone du cerveau bien différente d’une personne qui exerce l’activité en débutant.
2— Faux. On utilise en permanence 100 % des capacités de notre cerveau. Même quand on est dans la lune, les neurones sont en activité. Ce temps de repos qui ressemble à ce que l’on fait quand on dort est indispensable. Le sommeil aide la mémoire à relier les informations récentes aux données déjà présentes.
3 – Faux. Les deux moitiés du cerveau fonctionnent main dans la main. Les interactions circulent entre les deux hémisphères qu’il s’agisse de peindre un tableau ou de travailler sur un tableau Excel.
4— Faux. La capacité de faire plusieurs choses en même temps s’acquiert par l’entraînement et n’est pas déterminée par le genre. En réalité c’est un enchaînement rapide de tâches. Le cerveau a cependant horreur du multi-tasking car il ne sait pas exécuter efficacement différentes activités exercées simultanément. La seule exception est de pouvoir ajouter à une tâche automatique (conduire) une tâche qui ne l’est pas (parler).
5— Faux. Il a été prouvé que les vainqueurs des championnats de la mémoire ne sont ni plus ni moins performants que leurs collègues à compétences égales.
6— Faux. La mémoire mobilisée pour retrouver ses clés (mémoire épisodique) n’est pas la même que la mémoire utilisée pour les mots croisés (mémoire sémantique).
7— Faux. Si l’on fait un rêve de l’ordre du scénario catastrophe, au sujet d’un événement à venir, cela augmente la performance finale. Le cerveau révise en effet les ressources en place pour mener à bien l’activité et se met en recherche de nouvelles solutions pour y parvenir.
8— Faux. C’est le sens de la stratégie déployée qui est mémorisée. C’est une mémoire du sens et non celle visuelle qui s’active.