RH

La gestion du changement : comment faire?

Il ne fait aucun doute que nous subissons actuellement beaucoup de changements. Compte tenu de la situation actuelle liée à la COVID-19, nous faisons tous face à des changements dans notre vie personnelle et professionnelle.

Découvrir aussi :

Responsable formation

Fonction formation : disparition ou renaissance ?

Informatique

Recruter des développeurs : un challenge impossible ?

Responsable formation

Responsable formation : Mettre en place une évaluation

Mais comment réagissons-nous au changement que nous vivons et comment pouvons-nous le gérer à la fois pour nous-mêmes et en tant que leaders de l’entreprise et de nos équipes ?

On dit souvent que les gens n’aiment pas le changement, mais en regardant l’industrie de la mode ou le marché de l’immobilier, il est clair qu’il y a certains changements que nous aimons.
Nous pouvons identifier différentes façons de réagir au changement, d’abord il y a les gens qui sont capables de s’adapter rapidement et de passer à autre chose. Nous aimons le changement lorsque nous en sommes responsables, alors nous réagissons souvent de la sorte lorsque nous avons amorcé le changement. Certaines personnes résistent au changement et s’y opposent.

Parfois, nous voyons des gens qui nient le changement et qui espèrent simplement que cela ne se produise pas, ils pensent que si je garde la tête baissée, le changement me passera dessus. Ce que nous voulons essayer de créer, c’est un environnement où les gens se sentent capables de bouger avec le changement.

La courbe de changement

Elisabeth Kubler-Ross présente la courbe de changement. Cela nous montre les étapes et les réactions variables que les gens doivent changer, il est important de se rappeler que n’importe qui peut arriver à différents points de la courbe. Après la réaction de choc, la première étape du changement que nous voyons est le déni, nous refusons de croire que le changement se produit. Si nous prenons l’exemple de la situation actuelle de la COVID-19, il y a probablement un bon nombre d’entre nous qui, au tout début, croyait qu’elle ne les toucherait pas. Elisabeth Kubler-Ross se  souvient même des jours avant le confinement à Londres : « j’allais encore travailler en pensant que tout irait bien ».

La deuxième étape est la résistance où les gens repoussent le changement activement, refusent de l’accepter. « Je ne veux pas être enfermé, ce n’est pas juste que je ne puisse sortir qu’une fois par jour » et les gens peuvent aussi commencer à montrer des signes d’apathie.

La troisième étape est l’exploration, alors une fois que nous sommes passés outre les inconvénients du changement, nous commençons à penser à ce qui va se passer? En tant qu’entreprises, nous avons commencé à explorer, mais aussi individuellement, nous nous demandons « y a-t-il de bonnes choses qui pourraient découler de ce changement ? Que puis-je faire différemment ? Qu’est-ce que cela me permet de faire maintenant ? Peut-être que nous avons maintenant la capacité de travailler différemment à la maison avec des horaires flexibles qui conviennent mieux à notre équilibre vie professionnelle-vie personnelle.

La dernière étape est bien sûr l’acceptation et nous passons à la « nouvelle norme ».

La courbe Kubler-Ross est utilisée dans le conseil où elle est aussi connue sous le nom de courbe de deuil. Nous pouvons reconnaître que le changement est une perte et je pense qu’il est important de le reconnaître et de dire que vous savez quoi, si c’est ce que je ressens, c’est parfaitement normal. La COVID-19 est probablement le plus grand changement qui nous touche tous sur le plan professionnel.

Gérer le changement

Alors, que pouvons-nous faire ? En tant que leaders, nous pouvons suivre les 3 points : communiquer, connecter et prendre soin de nous. Tout d’abord, assurez-vous que vous communiquez avec vos équipes au sujet du changement. Demandez-leur comment ils se sentent. Nous devons aussi réfléchir à la façon dont nous établissons des liens. La communication et la connexion sont intrinsèquement liées ici, pensez à la façon dont la COVID-19, par exemple, change notre façon de communiquer avec les gens. Comment nos équipes parlent-elles ? Envoient-elles des courriels ? Des messages ? Des appels vidéo ? Nous devons comprendre comment les équipes veulent se connecter. La dernière concerne les soins aux autres. Il est très rare que vous soyez la seule personne touchée par le changement, alors pensez à la façon dont les autres traversent la situation. Dans le cas de la COVID-19, vous ou votre entreprise pourriez connaître des personnes d’autres pays qui ont été touchées par le confinement barricadé ou d’autres changements avant ou après. Pensez à la façon dont ils font face au changement et aux différents défis auxquels ils pourraient faire face.

Sur un plan individuel, cela nous aidera si nous pouvons rester curieux au sujet du changement qui se passe. Demandez ce que cela signifie pour l’entreprise pour laquelle vous travaillez ? Qu’adviendra-t-il de ma façon de travailler ? Quelles autres choses pourrais-je faire ? Une façon pour vous d’aider à gérer un changement qui se produit est d’essayer de vous impliquer dans ce changement. Si votre entreprise est en train de se réorganiser ou de se restructurer, pensez à ce que vous pourriez apporter, et faites du bénévolat pour faire différentes choses qui pourraient aider à rendre l’entreprise plus fluide. Cela vous donnera un peu d’implication pour que vous puissiez voir ce qui se passe. Il est important de garder cette ligne de vue pour vous aider à voir le tableau d’ensemble et l’objectif final. Donc, qu’il s’agisse d’un changement individuel ou d’un changement d’entreprise, assurez-vous de continuer à chercher à voir quel est l’objectif final et si cela change, comment vous pouvez continuer à vous adapter à cela.

Repensez à une époque où vous avez vécu le changement et tirez-en des leçons. Il pourrait être un changement positif comme l’achat d’une nouvelle propriété ou de se marier ou peut-être que vous avez perdu votre emploi de façon inattendue, n’importe laquelle de ces situations peut paraitre très effrayantes. Comment avez-vous vécu cela ? Comment avez-vous réagi au changement ? Quelles émotions avez-vous ressenties ? Vous verrez probablement ces montagnes russes que nous traversons et qui sont la réaction naturelle.

Construisez-vous un système de soutien si vous le pouvez entre amis, entre collègues et parlez de certains de vos sentiments. La résilience et la positivité sont importantes pour gérer le changement ainsi que nos sentiments. Comprenez vos propres réactions et l’endroit où vos points de pression atterrissent mais aussi reconnaître que d’autres personnes passent par elle. Il suffit de prendre un peu de temps et d’avoir une respiration profonde, parfois un peu de méditation, juste fermer les yeux et ne rien faire et oublier le changement pour un moment.

Evolutions positives

« J’ai travaillé dans une banque il y a longtemps, dans le bureau d’un étage de négoce. Nous avions l’habitude de faire le rapprochement des comptes à la main, d’écrire des débits internes et des crédits internes et, lorsque l’argent arrivait ou sortait, nous le mettions en évidence avec des surligneurs de couleurs différentes et, s’il y avait une question, nous l’examinions. On passait une couleur dans une autre couleur et puis ça ne serait plus exceptionnel – c’était assez high-tech dans les années 80 ! Un jour, on nous a dit qu’on allait mettre en place un système qui correspondrait automatiquement à ces entrées, de sorte que tout débit interne serait jumelé à un crédit externe et disparaîtrait du système. Tout le monde a dit que « le système ne fonctionnera jamais ! Qu’arrivera-t-il à mon travail ? » Bien sûr, cela nous semble ridicule maintenant que les gens écrivaient tous les échanges qui se faisaient sur une feuille de papier, mais le commerce existe toujours, la réconciliation existe toujours et personne ne serait prêt à perdre son système automatisé. »

Vous avez peut-être un processus éprouvé ou vous êtes coincé avec une partie de votre carrière où vous avez pensé qu’un changement n’aiderait pas. Mais un changement pourrait vous donner, à vous ou à votre entreprise, des occasions de faire autre chose ou nous donner plus de temps, ce dont nous avons tous besoin.

Essayez de ne pas avoir peur du changement parce que le changement peut être bon et rappelez-vous que lorsque vous le contrôlez, vous exigez le changement. Quand vous le pourrez, reprenez le contrôle du changement. Le grand changement pour nous tous en ce moment, c’est la COVID-19, mais le changement que vous contrôlez, c’est la façon dont vous travaillez et cela dépend beaucoup de vous.