Formateur

Les grandes méthodes pédagogiques

Tout formateur est confronté au choix de sa méthode pédagogique en fonction du message à transmettre ou de la cible d’apprenants visés, il va opter pour telle ou telle méthode. Nous vous proposons de (re)découvrir ces différentes possibilités mises à disposition du formateur.

Découvrir aussi :

Formateur

Qu’est-ce que le coaching ? (Partie 2/3)

RH

Recrutement : un robot qui «tchate» avec les candidats

Gestion - Finance

Faire d’une Entreprise Familiale, un modèle durable

La méthode affirmative

La méthode affirmative permet aux participants de découvrir un nouveau contenu. Elle se base sur l’exposé. Elle est utilisée par le formateur au cours d’une formation, pour des actions d’information ou pour des apports théoriques. Elle est adaptée à une durée limitée et cadrée.

Comment le formateur peut-il appliquer cette méthode ?

Le formateur « dit » ou « fait ». Il veille dans son intervention, à :
• La structure : celle-ci permet à l’auditeur une assimilation plus aisée et efficace ;
• La clarté : le discours doit être accessible et compréhensible par tous ;
• L’illustration : les images, les comparaisons et les anecdotes rendent l’exposé plus vivant et facilitent la compréhension et la mémorisation. Le formateur prévoit un temps pour les questions.
 

La méthode interrogative

La méthode interrogative permet aux participants  de découvrir par eux-mêmes des contenus nouveaux.  Le formateur transmet  un savoir à travers des questions qui permettent aux participants de réfléchir et de trouver des réponses pertinentes. Il utilise la reformulation pour s’assurer de la bonne compréhension mutuelle et pousser les participants à aller jusqu’au bout de leurs idées.

Comment le formateur peut-il appliquer cette méthode ?

Le formateur « fait exprimer ». Il doit savoir écouter autre chose que les réponses standards auxquelles il s’attend et veiller à la participation de tous.
 

La méthode démonstrative

Dans la méthode démonstrative, les participants apprennent par la pratique. Elle se base sur des exercices.

Comment le formateur peut-il appliquer cette méthode ?

Le formateur « fait » : il montre l’exercice à réaliser à vitesse normale, puis, il décompose chaque étape de la démonstration et enfin, détaille les points clés de la démonstration.
Le formateur « fait faire » par le participant ce qu’il vient de montrer.
Le formateur « refait » avec le participant pour corriger les incompréhensions et les maladresses.

A noter : au cours de la démonstration, il est impératif que le formateur utilise les outils qui seront à la disposition du participant sur son lieu de travail.
 

La méthode applicative

Dans la méthode applicative, les participants mettent en œuvre ce qu’ils viennent d’apprendre. Elle utilise des exercices, des études ce cas, des jeux adaptés, des jeux de rôles, des simulations.

Comment le formateur peut-il appliquer cette méthode ?

Le participant « applique ».
Le formateur explique oralement le travail à faire, puis il l’écrit au tableau ou distribue un document récapitulatif afin de permettre à chacun de s’y référer à tout moment. Il indique le temps donné pour réaliser le travail. Pendant le temps de travail des participants, le formateur reste à leur disposition pour répondre aux questions. Il veille à la participation de tous. Lorsque le travail est terminé, le formateur fait procéder à l’analyse de ce qui a été produit, par les participants ayant effectué le travail, puis par le reste du groupe. Ils examinent ce qui a été réussi, ce qui n’a pas été réussi, les possibilités d’amélioration.
Le formateur fait la synthèse des principaux points mis en valeur par le travail réalisé. Il est important de ne pas laisser le participant travailler seul pour éviter qu’il porte seul la responsabilité d’un éventuel échec.
 

La méthode heuristique

La méthode heuristique suscite l’imagination des participants pour les mener à de nouvelles découvertes. Elle utilise par exemple le brainstorming ou le scénario catastrophe.

Comment le formateur peut-il appliquer cette méthode ?

Le participant « découvre ». Quel que soit le support, il faut veiller à la participation de tous.

Exemple du brainstorming :
Il consiste à faire s’exprimer le groupe, le plus librement possible, sur un sujet donné. Le formateur indique et inscrit au tableau le sujet sur lequel il fait s’exprimer les participants. Il laisse un temps de réflexion au groupe. Puis il invite les participants à s’exprimer de manière synthétique. Le formateur note tout ce qui est dit au tableau et remercie l’auteur. Il supprime ensuite les doublons, opère les regroupements possibles, et écarte, avec l’accord du groupe entier, les idées qui ne seraient pas en rapport avec le sujet proposé. Enfin le formateur met en lumière les connaissances possédées, les complète et en tire les conclusions générales ou les règles d’apprentissage.

Exemple du scénario catastrophe :
Le formateur propose au groupe d’imaginer les catastrophes qui pourraient survenir dans une situation donnée. Il invite le groupe à chercher ce qu’il faudrait mettre en œuvre pour parer à ces situations. En synthèse il résume les principes qui président au bon déroulement de la situation proposée initialement.

Disposant de ces différentes méthodes, le formateur doit exercer son professionnalisme pour choisir la plus adaptée à sa formation. Une erreur de choix entrainera bien souvent une qualité de prestation médiocre et les formés seront insatisfaits. Nous vous proposons la semaine prochaine une courte étude critique de ces différentes méthodes pédagogiques afin de vous aider à faire le bon choix !