Santé au travail

Prévention des RPS : sensibiliser aussi les Comités de Direction

Article de Catherine STOLL, experte en formation santé au travail

Découvrir aussi :

RH

3 questions clé pour une démarche compétence gagnante

Communication

Et si une formation assistante pouvait favoriser la convivialité…

RH

Comment mieux valoriser la rémunération globale en période de crise ?

De plus en plus d’entreprises l’ont bien compris, la prévention des Risques Psychosociaux au travail passe entre autres par la formation des salariés et des managers. Au-delà des connaissances à acquérir sur la définition et les enjeux du stress ou des violences au travail ou encore sur les leviers permettant notamment d’agir en amont de ces risques, l’intérêt de ces formations est d’introduire progressivement cette thématique dans la culture de l’entreprise, au même titre que l’a été la notion de Sécurité au travail par exemple. Le simple fait de pouvoir évoquer en groupe  ces sujets qui,  il n’y a pas si longtemps, faisaient l’objet d’un déni ou étaient encore quasiment « tabous » pour la plupart des salariés, est déjà en soi un pas en avant important dans une logique de « mieux-être » au travail.

Pour les managers, en particulier, confrontés au stress et parfois au mal-être de certains collaborateurs, il y a là un espace de parole où, dans une perspective d’optimisation des savoirs- faire. Pour notre experte en formation santé au travail, il devient alors possible d’échanger sur leurs propres comportements et pratiques managériales…

En clair, cela signifie que ces risques sont désormais de mieux en mieux reconnus dans leur pleine importance et que l’ensemble des acteurs, RH, Professionnels de la santé au travail, IRP (élus syndicaux, CHSCT notamment), managers  et collaborateurs mesurent de plus en plus précisément le périmètre de leurs responsabilités dans la gestion collective et durable de ces risques potentiels ou avérés.

Au-delà de ce progrès remarquable, certaines difficultés bien concrètes persistent néanmoins. Elles se signalent notamment dans la difficulté de bon nombre de managers, lors des formations, à tout simplement oser reconnaître certains états personnels de sur-stress –car rappelons que le stress a du bon…jusqu’à un certain niveau ! Le stress, OK …mais il doit rester celui des autres !

Force est en effet de constater, que bien souvent, plus on occupe un poste à responsabilités, plus le stress est « mal porté » et « mal supporté » …surtout en collectif ! Il est ainsi arrivé à notre experte en formation santé au travail d’accompagner  pendant plusieurs mois un cadre à fort potentiel dans un grand groupe, sa mission étant de le  « remettre à flot » par du stress management et de la gestion des émotions …Au fil des séances,  il a su retrouver un équilibre digne de ce nom et disposer de nouvelles ressources lui permettant de mieux gérer son propre stress et celui de son équipe…sauf, aux yeux de sa hiérarchie, pour qui, il restera, pour toujours, un manager étiqueté « fragile », ce qui lui a valu un changement de poste ….voilà qui contredit quelque peu la politique de  « mieux –être au travail » prônée par la même entreprise…

Pour parer à ce genre de difficultés, des formations de prévention et de gestion du stress  à destination des top-managers présentent un double intérêt :

– Celui de sortir de l’ombre la question du sur-stress de certains managers : en  l’abordant ouvertement, on pourra d’autant mieux prévenir ce risque potentiel. Le Stress Management a alors valeur d’outil, « banalisé », mis à disposition par les Directions (au même titre que Salle de sport ou Conciergerie) afin de prendre en compte la pression de  leurs cadres à hauts potentiels et de leur proposer in interne les solutions individuelles les mieux adaptées ;

– Celui de diffuser à tous niveaux hiérarchiques une culture du « Mieux-Être » en entreprise, de sorte qu’aucun collaborateur, quel que soit son poste, ne se sente à l’écart du risque « stress » ou burn-out …et sache qu’il y a des solutions durables pour y face ! Une manière de dire que la Santé au travail, c’est bien l’affaire de tous, sans exception…