RH

L’intimidation silencieuse : une forme d’harcèlement moral difficile à déceler

Le harcèlement moral en milieu professionnel peut parfois prendre des formes subtiles et ambiguës. Pour autant, les conséquences négatives sont bien réelles. Le bien-être des employés et, en corolaire, la dynamique même de l'équipe, sont directement affectés. Récemment mise en lumière et en mots par une chercheuse québécoise, Linda Valade, l'intimidation silencieuse, encore assez méconnue, n’en est pas moins préjudiciable. Si elle est discrète au départ, elle peut se développer et prendre de l’ampleur si l’on n’y met pas rapidement un terme. Comment la détecter et comment y faire face ? Nous vous expliquons tout sur cette forme particulièrement insidieuse de harcèlement moral. Prendre conscience du phénomène et lutter contre l’intimidation silencieuse s’inscrit dans la volonté de cultiver des environnements de travail sains et respectueux.

Découvrir aussi :

RH

Infographie VAE : combien de diplômés ?

Formateur

L’écoute active, la clé d’une formation réussie

Responsable formation

Responsable formation : Le plan de formation et les différents dispositifs d’accès à la formation

Qu’est-ce que l’intimidation silencieuse au travail ?

L’intimidation silencieuse sur le lieu de travail se manifeste bien souvent par la communication non verbale. Elle est d’autant plus difficile à pointer et à dénoncer. C’est une façon efficace de communiquer et les personnes qui « intimident silencieusement » l’ont bien compris.

Si des cas d’animosité complètement assumés entre collègues peuvent exister et faire partie de la vie en entreprise, l’intimidation silencieuse se matérialise par la volonté d’un individu-agresseur de prendre l’ascendant sur un individu-victime. Manifester par une communication non verbale son mépris ou son agacement, exclure délibérément des conversations ou des projets, un collègue ou un collaborateur, de manière répétée voire systématique, sont des comportements qui dénotent une volonté d’isoler, de décrédibiliser. 

Comment repérer l’intimidation silencieuse ?

Repérer l’intimidation silencieuse peut être une vraie gageure. Toute la difficulté réside dans le fait qu’aucune agression physique ou verbale n’est portée : l’intimidation silencieuse est entièrement véhiculée par la communication non verbale de l’agresseur. Elle peut donc passer inaperçue ou encore tolérée pour les personnes non ciblées. L’isolement de la victime devient alors total.

Des yeux levés au ciel, des soupirs agacés, des ricanements sarcastiques, l’ignorance volontaire… Tout le monde s’accorde pour dire que ce genre de comportements n’a rien de positif ou de bienveillant. Or, nous avons tous en tête des exemples de réunions, déjeuners d’équipe, discussions informelles où nous avons été témoin ou victime d’attitudes négatives et offensantes.

Intimidation silencieuse : qu’en pensez-vous ?

Nous avons sondé notre communauté Linkedin. : cette notion d’intimidation silencieuse est-elle connue ?

Parmi les répondants :

  • 11% ne savent pas ce qu’est l’intimidation silencieuse,
  • 41% ont parfois été confrontés à un comportement relevant de l’intimidation silencieuse,
  • 41% affirment avoir été confrontés de manière forte et récurrente à de l’intimidation silencieuse.

Pour comprendre cette notion d’harcèlement moral insidieux, découvrez le témoignage de Myriam, spécialiste Marketing, confrontée par le passé à de l’intimidation silencieuse :

« J’avais rejoint un cabinet de consulting. Un des managers était connu pour avoir un comportement assez bizarre… C’est surtout ses stagiaires et alternants qui me faisaient part de son attitude particulière envers eux : gaslighting lorsqu’ils lui posaient des questions, haussement de sourcils, mine lassée … Quelques temps après mon arrivée, je me suis retrouvée à devoir travailler avec lui. Tout ce qui m’avait était décrit sur lui était vrai. […]

A chacune de mes questions/demandes/sollicitations : des exaspérations, des haussements de sourcils, un ton condescendant et nonchalant, l’utilisation de termes abstraits presque comme pour nous perdre, et le meilleur pour la fin : un silence de mort, littéralement yeux dans les yeux lorsqu’une question/sollicitation était demandée. Par exemple, des hochements de tête négatifs lors de mes prises de parole, presque comme pour rabaisser … […]

Ça m’a clairement laissée dans un état d’incompréhension totale, de remise en question sur moi-même voire presque de la perte de confiance en moi. J’ai été blessée par ce comportement, sachant que j’avais d’autres projets avec d’autres managers où tout se passait très bien. 


Aujourd’hui, avec cette malheureuse expérience, je sais identifier ce genre de comportements et n’hésite plus du tout à recadrer tout comportement abusif sur le champ et me porte très bien dans mon nouvel emploi. 
»

Nous remercions et apportons notre soutien à Myriam qui a su rebondir et comprendre qu’elle n’était pas responsable de la situation.

Comment y faire face ?

Prendre conscience du phénomène de l’intimidation silencieuse est déjà un premier pas pour en sortir. En entreprise, il est important de sensibiliser les salariés et les managers aux différents visages du harcèlement moral, dont l’intimidation silencieuse fait partie intégrante.

Les comportements inacceptables (agressions physique, verbale ou non verbale) qui sont tolérés par lâcheté, habitude, culture du métier ou de l’entreprise sont à identifier, à dénoncer et à combattre.

Les entreprises doivent mettre en place des politiques claires contre toute forme d’intimidation. Pour créer un espace de travail inclusif, collaboratif et bienveillant, il est important de définir clairement les comportements à bannir.

Pour tout savoir sur la culture inclusive, n’hésitez pas à consulter notre article : « Faites de votre culture entreprise, une culture inclusive. ».

Encourager une ambiance de travail bienveillante, mettre en place un processus de signalement confidentiel et assurer un soutien aux personnes victimes de harcèlement est fondamental.

Les gestionnaires et managers doivent être formés pour agir rapidement en cas de signalement, mener des enquêtes et faciliter la médiation si nécessaire.

Sensibiliser en mettant en place des formations régulières sur l’intimidation en milieu professionnel, l’empathie et la résolution de conflits peut contribuer à changer les comportements.

Pour conclure, en reconnaissant les signes d’intimidation silencieuse et de harcèlement, en promouvant une culture de respect et en agissant de manière proactive pour prévenir et résoudre ces problématiques, les organisations peuvent créer des environnements de travail plus sains et inclusifs où chacun se sent valorisé et respecté. Faire face à l’intimidation silencieuse nécessite un réel engagement collectif.

Pour aller plus loin sur le sujet et participer à mettre en place des actions efficaces au sein de votre entreprise, découvrez nos formations sur le harcèlement moral et le bien-être au travail :